Cinergie.be

Tête de linotte de Gaspar Chabaud

Publié le 13/03/2020 par Nastasja Caneve / Catégorie: Critique

Un problème mathématique basique. Ou presque. Une baignoire à trois robinets se vide, à des rythmes différents (mais oui bien sûr !!!). Autant dire, une situation à laquelle on ne sera jamais confrontés sauf dans un roman de Boris Vian. Mais, les professeurs adorent mettre les élèves dans de telles situations. Pour le personnage de Tête de Linotte, impossible de visualiser. Pourtant, sa mère se donne à fond. Dessins, schémas, mises en situation pour tenter de lui expliquer le problème de cette baignoire qui (s’en)fuit. Le gamin est sur une autre planète et l’histoire de la baignoire, il s’en siphonne. Et, on le comprend.

Un scénario simple qui se différenciait des autres films présentés dans la compétition nationale à Anima. À côté de thèmes plus lourds, celui de ce mignon petit binoclard à tête d'oiseau (de linotte donc !) a séduit le jury Cinergie lors du Festival Anima puisqu’il a décerné au jeune réalisateur Gaspar Chabaud son prix pour ce court-métrage de fin d’études réalisé à l’Atelier de production de La Cambre.

Au-delà du scénario, le film se distingue par son esthétique. Peu de couleurs : noir, orange, gris, saumon, vert. Des décors à l’aquarelle qui ondulent sur le bruissement de l’eau qui coule de cette maudite baignoire, des clignements d’yeux sur fond de gouttes qui clapotent. Des textures qui donnent au film son caractère éthéré et aquatique. Des cadrages qui vont et viennent entre plans serrés et plans larges. Des gros plans sur les mains de la mère qui s’impatiente, les yeux perdus du gamin qui ne comprend rien. Les délires hallucinés de cette tête de linotte qui voient des baigneuses s’adonnant à la nage synchronisée sortir de cette baignoire sur des rythmes endiablés. Une bande sonore rythmée qui oscille entre la voix sensuelle de cette mère, interprétée par Caroline Mounier, les silences du petit bonhomme interdit, les musiques aquatiques et exotiques et les bruits exacerbés. Des personnages flous, une mère sans regard, une bouche pulpeuse qui parle, un gamin qui ne bronche pas.

À tous les parents désabusés par les problèmes présentés dans les cahiers d’écoliers, à tous les parents dont les gamins vivent dans une bulle imaginaire fuyant la réalité, Tête de Linotte sera un drôle de déjà vu même si, parfois, la baignoire déborde et que la seule solution est de laisser tomber.

Tout à propos de: