Cinergie.be

André Colinet

André Colinet

Métier : Réalisateur, Enseignant

Adresse : 100/8, avenue Raymond Vander Bruggen

Ville : 1070 Bruxelles

Région : Bruxelles-Capitale

Pays : Belgique

GSM : +32 489 24 06 84

Email : Cliquez ici

Site web : Cliquez ici

Biographie

Études au RHITCS (1974-77), section montage, son et image.

Depuis 1990, professeur à l'Atelier libre expérimental à Hogeschool Sint-Lukas Brussel.

Galerie photos

Filmographie

Virginia Haggard-Leirens, photographe

Virginia Haggard-Leirens, photographe

documentaire
2004
 
Larguez les amarres

Larguez les amarres

fiction
2002
 
Amazing Grace

Amazing Grace

documentaire
1997
 

FILMS 16 mm.

1977 : "Ritus", 12', exp. fict.
1982 : "Clair-obscur", 45', exp. fict.
1985 : "Waterloo", 23', doc.
1986 : "A Place in the Sun", 20', exp. doc.
1991 : "The Piqueray Brothers", 54', art doc.

VIDEOS

1986 : "A kiss to build a dream on", 12’, exp. fict.
1987 : "To be born again", 20’, exp. fict.
1989 : "Avalon", 14’, exp. fict.
1990 : "Ritmisch visioen", 17’, exp. doc.
1994 : "Lost poets", 53’, exp. fict. doc.
1997 : "Amazing grace", 38’, exp. fict. doc.
2001 : "Larguez les amarres", 59’, exp. doc.
2002 : "About pop-music", 28’, exp. doc.
2003 : "Looping", 34’, exp. doc.
2004 : "Virginia", 39’, doc.
2005 : "La Sagrada Familia", 10', exp. doc, video-art.
2007 : "The apartment, my daily aesthetics", work in progress, exp. doc.
2008 : "Lumières d'Ostende", 13', exp. doc.
           "Documenta Kassel 2007", 9', exp. doc.
           "Willy Serneels - architecte", 28', art doc.
2009 : "Henri Storck, l'après-midi d'un faune", 6'30", exp. doc.
2010 : "Virginia Haggard-Leirens, photographer", 40' art doc.
2012 : "Mystic child", a study in datamoshing, 5', exp. doc, video-art
2014 : "Handmade film" 16 mm. filmexperiment, 2'40", exp.
2014: "Lisa & Lina", home movie, 5', exp.
2017: "Histoire d'une âme", 19', exp.

 

Le déclic...

André Colinet

Une vague idée romantique et sensuelle

Une grande part d'inconscience et de naïveté m'a amené à m'inscrire dans une école de cinéma.
Je n'avais pas eu la chance de bénéficier d'une éducation qui aurait pu m'éveiller, me guider, m'armer plus tôt avant d'aborder des études cinématographiques.
J'ai donc perdu beaucoup de temps à découvrir tout ça.
J'avais une vague idée romantique et sensuelle de ce que représentait le cinéma; l'aventure, les voyages, le beau matériel, les belles filles, l'amitié,... Je confondais Eisenstein avec Einstein.
C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles je suis tolérant et compréhensif vis-à-vis de jeunes candidats cinéastes.
Une chose est certaine : j'ai toujours eu un sens pictural, rythmique et poétique des choses, trois éléments essentiels à notre cher médium cinéma.
Plus tard, les rencontres, la pratique, les joies et les déceptions, les problèmes financiers m'ont amené petit à petit à y voir plus clair, à prendre conscience.
Mais l'angoisse, le doute et l'incertitude sont toujours là.

André Colinet