Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/08/2001
Mots-clés : publication,
 

Bref 49

couverture du magasine Bref

Le numéro 49 de Bref (été 2001), le magazine du court métrage, consacre son dossier " kaléidoscopique bigarré " aux images animées. On y trouve la romance de Raoul et Jocelyne, le dernier opus de Serge Elissalde, lequel prépare avec ses complices, dans son atelier parisien, une série de 26 fois 26 minutes d'Agrippine, le personnage de Claire Bretecher ; un reportage sur La Poudrière, une école de cinéma d'animation qui s'est ouverte, il y a deux ans, à Valence ; un entretien avec Marcel Jean sur les derniers travaux de l'ONF (l'Office national du film du Canada) ; et une étude de Michel Roudevitch sur l'Insaisissable Raoul Servais, lequel a reçu, dans le cadre du Festival international de Laon, une carte blanche et dont on attend avec impatience la sortie d'Atraksion, son nouveau film.
Une table ronde autour du Kinescopage ne manquera pas d'intéresser tous les utilisateurs de la DV-Cam. Comment, en tournant avec ce procédé léger peut-on, au moindre coût, diffuser son film en 35mm, en transférant de la vidéo en pellicule ? Est-ce vraiment une économie ou juste une méthode de tournage pour fondus des plans chahutés ou adeptes de Dogma ?
Enfin, à l'intention de ceux pour qui (nous en sommes) Edmond Bernhard fait partie de la légende du cinéma belge de l'après-guerre, un beau texte de Thierry Knauff nous rappelle l'importance qu'il a eu dans le cheminement artistique de certains de nos meilleurs cinéastes. Rappelons qu'outre les six films qu'il a réalisés (cf. l'article de Philippe Elhem) et son Apologie du Jazz au PUB, Bernhard est l'auteur de l'analyse la plus percutante et paradoxalement la plus juste (lorsqu'on sait que toute l'oeuvre de Nabokov est hantée par le jeu d'échecs) de Lolita, roman qui déroule sa trame avec une logique implacable à partir de trois parties d'échecs que décrit avec minutie, texte à l'appui, un Edmond Bernhard qui partageait avec Nabokov la passion de ce jeu (in L'Arc n°24, numéro spécial Nabokov, printemps 1964). 
www.agencecm.com

commentaires propulsé par Disqus