Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Octobre 2004
01/10/2004
Mots-clés : publication,
 

Genèse d'un film - La Femme de Gilles

Pendant la période du 22 au 27 décembre 2003, Jean-François Pluijgers, président de l'Union de la Critique de Cinéma, avait publié, dans La Libre Belgique, une série d'articles sur le tournage de La Femme de Gilles réalisé par Frédéric Fonteyne. A l'initiative de Wallimage et en collaboration avec les Editions Luc Pire, ces textes - de la préproduction au montage --sont réunis en un petit volume fort bien illustré de photos du film en tournage. Nous y apprenons que le montage financier du film fut loin d'être simple puisque pas moins de cinq pays y sont impliqués ( Belgique, France, Luxembourg, Suisse, Italie) « Sans la France, précise Patrick Quinet, le producteur (Artémis Films), un film comme celui-ci est impossible. Le financier le plus important reste la Communauté française (à hauteur de 620.000 ), mais la France apporte plus si on additionne les montants. » Sans compter l'apport d'Eurimages et de Wallimage. « Ceux-ci sont les bienvenus parce que cela faisait autant d'argent à ne pas trouver en France ou ailleurs, avec ce que cela suppose comme pertes de parts et de compromis artistiques.»
L'écriture du scénario, le passage au texte écrit de Madeleine Bourdhouxhe, un classique de notre littérature, au langage visuel ne fut pas plus aisée. Pour Frédéric Fonteyne : «  J'avais envie de travailler avec Marion Hänsel et, pendant deux ou trois mois, nous avons déblayé le terrain, nous nous sommes retrouvés coincé à un moment : peut-être étions-nous trop attachés au roman, Philippe Blasband et moi avons tout repris à zéro avant de terminer le travail ». 
Le tournage, vous vous en doutez fut tout aussi complexe. Le décor principal, la maison de Gilles fut entièrement construit sur les hauteurs de Esche sur Alzette, sur un ancien plateau de la société sidérurgique Arbed. Un jeu de cloisons amovibles et escamotables permettant à la caméra de capter l'espace de manière optimale. D'autres scènes furent tournées à Verviers en Belgique et en France.
J-F. Pluijgers nous parle ensuite du travail des comédiens par rapport au rôle qu'ils ont incarnés : Clovis Cornillac, Emmanuelle Devos et Laura Smet qui comme la plupart des cinéphiles le savent est la fille de Johnny Hallyday et de Nathalie Baye. Laura Smet précise, à propos du tournage de son second film : « Il n'y a pratiquement pas de paroles, tout se passe dans les gestes, le regard, l'attitude. Les habits, le contexte des années 30 m'ont aidé à aborder Victorine ; Emmanuelle et Clovis aussi. Au fur et à mesure qu'on tournait je sentais de plus en plus le personnage »
Qu'ajouter de plus ? Sinon que La femme de Gilles fait l'objet d'un grand concours sur notre site, cinergie.be

Genèse d'un film, La femme de Gilles, Editions Luc Pire, Collection Wallimage.

commentaires propulsé par Disqus