Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/01/2002
Mots-clés : publication,
 

Trois publications

Où l'on apprend à aimer les vessies autant que les lanternes (sous titre). Olivier Smolders n'arrête pas de nous surprendre. Après un Eloge de la pornographie qui en avait décoiffé plus d'un, le voici le voilà se confrontant à ce qui a fasciné Flaubert toute sa vie : La bêtise. Illustré par Quentin Smolders, cet opuscule poursuit les recherches entreprises et inachevées de Bouvard et Pécuchet pour leur célèbre Dictionnaire des idées reçues. Qu'on en juge : " l'union fait la force " : le " vouloir être fort " est une variante du " vouloir être intelligent ", un des combles de la bêtise (la bêtise y fait salle comble ". Ces aphorismes de bon goût (encore que) et de mauvaise foi, sorte de jeu sans enjeu vont vous poiler, vous collapser raide, vous faire marrer au point de vous lâcher le slip ou le wonderbra.
Les exercices pratiques s'ouvrent sur une citation de Pessoa : " Une chose m'émerveille plus que la stupidité de la plupart des hommes à vivre leurs vies : c'est l'intelligence qu'il y a dans cette stupidité ". Qu'ajouter de plus ? Sinon cette recette que le regretté Balthazar Gracian a répété à tout va dans son Art de la prudence : " Faites toujours l'imbécile, jamais le malin ".

Olivier Smolders, Experience de la Bêtise. Ed. Yellow Now

Site : http://www.smolderscarabee.be/

Les 20 ans du Moniteur du Film
Pour fêter son 200ème numéro, publie un numéro spécial de plus de cent pages qui, en écho de son numéro cent paru il y a plus de dix ans, refait le point sur la situation du cinéma belge. Qu'est-ce qui a changé en dix ans ? Pas mal de choses. D'invisibles (sauf dans quelques ciné-clubs courageux), les films belges ont acquis une crédibilité tant dans le domaine de la création esthétique que dans le domaine de l'audience en salles. Pas tous malheureusement. Si nous connaissons les films des Dardenne, de Jaco Van Dormael, de Gérard Corbiau, d'Alain Berliner, de Frédéric Fonteyne, de Pierre-Paul Renders ou C'est arrivé près de chez vous, combien de films ignore-t-on ? Pas mal si l'on en croit la liste des films de longs métrages produits et coproduits entre 1991 et 2000 et dont tous les titres nous sont donnés par la revue.
En distribution, UIP reste le leader d'un secteur qui a vu disparaître des firmes remplacées par d'autres. Pour l'exploitation bruxelloise on constate, en nombre d'entrées peu de changements (5.007.872) en 1991 pour 55 salles et en 2000 (5.007.354) pour 66 salles. Pour Bruxelles, les salles de banlieue (Kinépolis) dominent légèrement celles du haut et du bas de la ville. Les curieux auront à leur disposition des tableaux statistiques de 10 ans d'exploitation en Belgique, province par province. On vous donne le tiercé, dans l'ordre, la Province du Brabant, d'Anvers et du Hainaut. Par ailleurs on vous détaille les investissements dans la production des films de la Communauté française pendant cette décade, la production des documentaires, le rôle des ateliers d'accueil et de production, l'évolution des producteurs indépendants passant de l'artisanat à la PME et, enfin et surtout, figure une liste des comédiens - ces éternels oubliés de la profession - ayant participé à au moins deux longs métrages de fiction. (6 pages). Le tout avec une couverture originale due au talent de Louise-Marie Colon, réalisatrice d'animation que nos internautes connaissent bien.
Un numéro de référence.
Contact : Le Moniteur du Film
35, rue du Framboisier
1180 Bruxelles

L'image, Le monde
On vous a parlé du premier numéro publié il y a deux ans déjà. Aujourd'hui le numéro deux paraît aux Editions Léo Scheer dans une sortie qui sera désormais bi-annuelle.
Il va de soi que le premier dossier concerne New York 2001 : l'implosion. qui pour les auteurs est le fruit d'une coopération entre maîtres de la terreur et maîtres du spectacle ! Couple infernal, ainsi que l'écrit Jean-Louis Comolli. Ce qui semble assez bien vu. Et Comolli d'ajouter que ces " rubans d'images, boucles d'images, clips ressassant ", n'était accompagnés d'aucun bruit, d'aucun son direct. Or " si le son manque, manque le monde. Et manquent aussi les corps, ces cadavres enfouis autant dans la poussière des tours que dans le silence des images. "Sur le même sujet du corps absent des victimes, Frédéric Sabouraud écrit que ce qui se joue dans ce conflit " est ce qui oppose des individus, mettant en jeu leur corps dans l'affrontement,et d'autres qui prétendent dominer le Monde sans se mettre en jeu, en regardant d'en haut, à la place de Dieu. " Toujours pour faire raccord l'analyse de Marie-José Mondzain, qui met en évidence le principe du tiers exclu : " Qui n'est pas pour moi est contre moi ". "Identification contre altérité.
Les images de l'adhésion et de la foi se doivent de propager la vérité de façon univoque et exigent la fusion des esprits dans la croyance, le chorus, le vocabulaire de l'union ... " 
Vous en avez ras-la-casquette de ce feuilleton, nous aussi, mais vous risquez d'en entendre parler encore. Les Etats-Unis entendent bien poursuivre leur entreprise de formatage généralisé. Un exemple : en rachetant Universal, J2M (" l'exception culturelle française est morte ") a trouvé dans son panier Gimel, un label anglais qui retrace les riches heures de la polyphonie de la Renaissance en Europe (Palestrina, Lassus, Josquin Deprez, etc,.). Que faire d'hurluberlus pareils, je vous le demande ? Leur filer un coup de banjo en arrière fond ou de l'accordéon argentin pour faire du " crossover " ? Ben non. Peter Phillips (que les namurois connaissent bien ainsi que Jerôme Lejeune qui a eu l'occasion de l'éditer chez Ricercar), Peter Philips donc, le créateur du label a préféré racheter Gimel à Universal et rééditer l'un après l'autre ses CD.
Il y a aussi dans ce numéro plein d'autres choses comme le parcours de Fernand Deligny avec les autistes. Deligny en fit un film Le Moindre Geste, (1961), inédit depuis quarante ans et dont vous parle avec passion Patrick Leboutte. Le cinéma bouge, la place de l'auteur aussi. En choisissant d'être à la fois derrière la caméra et devant, Agnès Varda, Abbas Kiarostami, Nanni Moretti ou Johan Van der Keuken changent le statut du réalisateur. Le dossier s'appelle : Faites vos yeux.
Enfin, parlons cinéma belge avec Arbres de Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil (on vous parlera du film dans notre prochain numéro puisqu'il sortira en salle en février), 140.000 kilomètres, trois fois le tour de la terre pour filmer les arbres du monde. L'Image, le Monde publie le journal de voyage des deux cinéastes. Du baobab au séquoia en passant par l'étonnant palétuvier qui est mobile, si, si ! Comment nous vous racontons des bêtises ? Pas du tout. " L'avancée des palétuviers vers la mer, de quelques mètres chaque année, est une donnée scientifique." Si vous ne nous croyez pas, lisez la revue et allez voir le film à l'Arenberg-Galeries. Na !

L'Image, le Monde, n°2, Editions Léo Scheer, 22, rue de l'Arcade, 75008  Paris.

commentaires propulsé par Disqus