Cinergie.be

Miel Van Hoogenbemt

Miel Van Hoogenbemt

Métier : Réalisateur, Scénariste , Enseignant

Adresse : 95, rue Joseph Brand

Ville : 1030 Bruxelles

Pays : Belgique

Tél : +32 2 215 1511

GSM : +32 475 71 64 68

Email : Cliquez ici

Galerie photos

Filmographie

Fils unique

Fils unique

fiction
2011
 
Man zkt Vrouw

Man zkt Vrouw

fiction
2007
 
Miss Montigny

Miss Montigny

Fiction
2005
 
Miss in dream

Miss in dream

documentaire
2001
 
Demain est un autre jour

Demain est un autre jour

documentaire
1999
 
Les gens de Migdal

Les gens de Migdal

documentaire
1997
 
Un jour ou l'autre

Un jour ou l'autre

documentaire
1994
 
Signes de vie (docu)

Signes de vie (docu)

documentaire
1993
 
On ne vit qu'une fois

On ne vit qu'une fois

documentaire
1991
 
Innocents Abroad

Innocents Abroad

documentaire
1991
 
Une mouche dans la salade

Une mouche dans la salade

documentaire
1988
 
Shocking Manjira and the cardboard box

Shocking Manjira and the cardboard box

documentaire
1988
 
je parle français comme Tarzan

je parle français comme Tarzan

documentaire
1987
 
Loin d'ici

Loin d'ici

fiction
1985
 
Bruxelles mis en pièces

Bruxelles mis en pièces

documentaire
 

Fonction

Film

Producteur

Année de réalisation

Durée

Descriptif complémentaire

réalisateur/scénariste

Je parle français comme Tarzan  Donut Prod  1985  28' documentaire
réalisateur/scénariste  Ver weg/Loin s'ici Donut Prod  1985  18' court métrage de fiction 

réalisateur/scénariste(avec Caroline Strubbe)

Une mouche dans la salade CVB   1986  9' documentaire
réalisateur/scénariste On ne vit qu'une fois CBA  1991 52'  documentaire 

réalisateur/scénariste (avec Caroline Strubbe)

Shocking Manjira and the cardboard box  CVB  1988 28' documentaire
réalisateur Bruxelles, mise en pièces  CVB   1993  80' documentaire
réalisateur/scénariste Signes de Vie Saga films  1993   80' documentaire 
réalisateur/scénariste De Pechvogels/Les Malchanceux  VIP  1987  34' court métrage de fiction
réalisateur/scénariste Un jour ou l'autre Saga films  1994  52' documentaire
réalisateur/scénariste  Les gens de Migdal Entre Chien et Loup   1996  90' documentaire
réalisateur/scénariste Demain est un autre jour Saga films  1999  80' documentaire
réalisateur/scénariste Miss in dreams Entre Chien et Loup  2001  52' documentaire
réalisateur Miss Montigny  Entre Chien et Loup  2004  99' long métrage de fiction 
réalisateur Man zkt. Vrouw/Pas sérieux s'abstenir Private View/Artemis  2007  100' long métrage de fiction
réalisateur Wittekerke D&D/VTM 1993-2003 126x 50'  série de télévision
réalisateur Le petit Juge To do Today/RTBF 2003 2x 50' téléfilms 
réalisateur Het huis Anubis Studio 100/Nickelodéon 2006 15x10'  série de télévision
réalisateur  Cijfers en Letters IDTV/VTM 1989-1991 675x26'  jeux télévision
réalisateur De jaren van Verstand IDTV/BRTN 1991 10x 45' jeux télévision
réalisateur (avec Les Blank) Innocents Abroad  Vixpix/CBA  1992 90' documentaire
réalisateur/scénariste corporate divers  1984-2006 divers corporate
réalisateur spots publicitaires  divers 1991-2006 divers spots publicitaires

Le déclic...

Miel Van Hoogenbemt

Nous étions producteurs avec dispense de pointage

Mon enfance s'est déroulée dans un monde de fantaisie et de fiction. Mon frère aîné et moi, nous imaginions des mondes à nous, dans lesquels nous étions soit des hommes d'Etat, soit de grands philosophes, soit de grandes stars de la pop music. Mais comme mon frère était le plus âgé, il avait toujours les beaux rôles et moi, le petit Miel, je n'osais pas m'y opposer. Moi aussi je voulais être le plus important dans l'un ou l'autre monde, et je commençais à créer mon monde à moi. Cela se passait dans les toilettes, le seul endroit où j'étais seul maître à bord. Je faisais des heures et des heures d'interviews de moi-même, j'étais star de rock, écrivain ou professeur d'une classe de pilotes de chasse. Je couvrais à la craie les murs de la toilette de formules compliquées, comme sur un tableau. Sans doute mes parents se demandaient ce que je faisais pendant des heures aux toilettes. Les personnages de l'écrivain et de la star ont duré le plus longtemps. La star s'est évanouie d'elle-même, lorsque j'ai commencé (toujours avec mon frère) à jouer dans un groupe de rock : je jouais de la batterie, assez mal, et j'ai vite abandonné l'idée de percer dans la musique. L'écrivain a survécu plus longtemps, d'autant qu'à quatorze ans j'essayais réellement d'écrire des nouvelles que je faisais lire à mon professeur qui m'encourageait à continuer. Les deux films qui m'ont fait changer de métier, ce furent Lenny de Bob Fosse et Portier de nuit de Liliana Cavani. Soudain, je perçus que les messages que je voulais faire passer comme écrivain étaient mieux servis par le cinéma : un livre est lu par un petit nombre de lecteurs, un film est regardé par des milliers de gens. J'avais seize ans et l'écrivain se transforma - toujours aux toilettes - en cinéaste. J'en ai fait des films entre mes seize et dix-huit ans ! Au moins une vingtaine de longs métrages. Et le dernier avait toujours plus de succès que les précédents : Oscars, Césars, Palmes d'Or, Ours d'Or, je les ai tous obtenus. Je n'arrêtais pas de m'acheter des revues et des bouquins de cinéma, les uns plus nuls que les autres. Mon contact avec le cinéma, le vrai, fut moins romantique : après deux ans de stage chez Frans Buyens - mon maître -, j'appris que le cinéma n'était pas que des Oscars ni des messages à faire passer. C'était avant tout beaucoup de travail dur et ingrat. J'appris à connaître et à apprécier d'autres formes de cinéma, surtout le documentaire. Je rencontrai des confrères jeunes cinéastes, à ce moment-là tous au chômage. Moi, je suis resté au moins cinq ans réalisateur sans film, mais je pensais encore que je changerais le monde. Après mon stage chez Frans, que j'ai quitté parce que je pensais être prêt à devenir artiste moi-même, j'ai vécu du chômage pendant plus de deux ans. Les six premiers mois furent très durs : pas de boulot, pointer tous les jours et constater que pour être artiste, il fallait se remuer. Cela m'a pris six mois pour commencer à bouger. En décembre 1981, j'ai rencontré Daniel Geeraerts, lui aussi réalisateur-chômeur sans film. Au cours de nos discussions, on se plaignait tout le temps d'être sans boulot et de n'être pas les seuls dans cette situation. Et puis, un soir, nous avons décidé de créer une asbl, Donut Productions, pour organiser un festival, le Festival des jeunes cinéastes. Après trois éditions et la production (nous étions producteurs avec dispense de pointage) d'une dizaine de courts métrages de jeunes auteurs, nous avons arrêté Donut Productions, faute d'argent. A cette même époque, j'ai réalisé mon premier documentaire : Je parle français comme Tarzan, et mon premier court métrage de fiction : Loin d'ici.
Le rêve se termine, le travail commence.

Miel Van Hoogenbemt