Cinergie.be

Roland Verhavert

Roland Verhavert

Décédé le 26/07/2014

Métier : Réalisateur

Adresse : 30/3, square Ambiorix

Ville : 1040 Bruxelles

Pays : Belgique

Tél : +32.2.732.71.20

Date de naissance 01/05/1927

Galerie photos

Filmographie

Le Conscrit

Le Conscrit

fiction
1974
 
  • 1955 : Les mouettes meurent au port (Meeuwen sterven in de haven)
  • 1955 : Interludium (TV)
  • 1957 : 56,79° Noord - 2,17° Oost
  • 1959 : Levende jazz
  • 1961 : Droomconcert (TV)
  • 1962 : Allemande im Herbst
  • 1962 : Schwarz-weiss Blues
  • 1963 : Albisola mare, savona
  • 1963 : Het Woord (TV)
  • 1963 : Das Spezifische Gewicht
  • 1964 : Kerkhofblommen (TV)
  • 1964 : Le Lieutenant (De Luitenant) (TV)
  • 1964 : Oude man, wat nu? (TV)
  • 1965 : Ik was voor het sterven in de wieg gelegd(TV)
  • 1966 : Koning Willem I (TV)
  • 1966 : Het Afscheid
  • 1969 : Gent (documentaire)
  • 1969 : Architektuur, nu (TV)
  • 1969 : Maurice Maeterlinck (TV)
  • 1969 : Erasmus, civis totius mundi (TV)
  • 1969 : Ansfred
  • 1969 : Intérieur (TV)
  • 1970 : Brussel (documentaire)
  • 1971 : Een achtmoedige vrouw (TV)
  • 1972 : Draad zonder einde
  • 1972 : Chronique d'une passion (Rolande met de bles)
  • 1974 : Limburgse impressies
  • 1976 : Pallieter
  • 1977 : Rubens, schilder en diplomaat
  • 1978 : Zo is er maar één
  • 1981 : Brugge, die stille
  • 1982 : Overdag is er de zon
  • 1982 : Made in Belgium
  • 1983 : C.A. Suy
  • 1986 : Dialogen voor morgen
  • 1986 : Marc & Nathalie
  • 1988 : Erven met eerbied
  • 1989 : Boerenpsalm
  • 1991 : De Helman Factor (TV)
  • 1991 : Moordterras (TV)
  • 1992 : De gouden jaren (série TV)
  • 1992 : Het Glas van roem en dood (TV)

Le déclic...

Roland Verhavert

Un rêve inaccessible

Quand j'étais petit garçon, mes parents m'emmenaient une fois par semaine au cinéma dans les salles Astoria et Eska à Merksem. Pour moi, le jour du cinéma était un jour de fête. Je vis ainsi tous les films qui passèrent dans mon cinéma de quartier. Je voyais donc plus ou moins cinquante films par an (américains, allemands, français). Je vivais une véritable fascination pour l'image, le son, tout ce qui se rapportait au phénomène.
Vers l'âge de dix ou douze ans, j'allais au cinéma deux fois par semaine et prenais des notes. Je notais mes impressions, avec plus de pour que de contre car j'étais enthousiaste, même pour les moins bons ou les mauvais films.
C'est à ce moment que l'idée lointaine de faire du cinéma m'est apparue, même si j'ignorais tout de la manière dont un film pouvait se réaliser. C'était un rêve inaccessible.
Dans les années 47-48, je suis devenu critique de cinéma et mes articles furent publiés dans divers journaux.
J'ai fondé un ciné-club à Anvers où je présentais des grands classiques comme ceux d'Eisenstein, de Buñuel et des films belges, comme ceux de Storck et de Dekeukeleire.
Un grand souvenir fut la projection du Jour se lève de Carné où André Bazin est venu nous présenter le film. Il analysait des séquences entières : des heures inoubliables.
A ce moment-là, l'amour du cinéma déjà ancré en moi s'est développé. Le rêve devenait plus réaliste, concret.
La BRT est apparue et la télévision flamande me demanda de faire une critique hebdomadaire lors de la sortie des films en salles. J'avais là une relation directe avec le métier.
Le contact était possible. Je me décidai, en 53-54, à faire mon premier film, un long métrage.
Le choix de ma carrière a été déterminé par la fascination de cet événement magique qu'est le cinéma.

Roland Verhavert

Nos articles liés à la personne

Le cinéma flamand perd son parrain: Roland Verhavert
Le Conscrit
Le Conscrit
01/03/2003, Sortie DVD