Cinergie.be

La Dernière Séance d’Alice Gadbled

Publié le 19/07/2020 par Bertrand Gevart / Catégorie: Critique

Alice Gadbled modernise la conversion au christianisme de l'empereur Constantin dans ce drame familial du terroir belge. La Dernière Séance raconte la difficulté d’Emilie et ses deux frères à dire au revoir à Bob, leur père. Comment dire adieu avec des codes qui ne sont pas les leurs ? Comment partager un deuil ?

Converti sous morphine en dernière instance sur son lit de mort, Bob laisse derrière lui sa fille Émilie et ses frères. Les conflits familiaux émergent dans un décor rempli de bondieuseries. À la procession funéraire aux allures moribondes s’oppose une volonté de rendre hommage à Bob sur des pas de rock portés par la voix d’Eddie Mitchell. La danse, comme partage, est le lieu privilégié du rapprochement avec le défunt, le seul moment de communion entre les membres de la famille. La réalisatrice tente de désacraliser l’acte même d’enterrement afin d’y faire poindre quelque chose de plus fondamental : les regrets, les mots qu’on aurait aimé prononcer, les accrocs du temps qui passe, la part de vécu qui nous sépare du défunt. Tout en conservant l’émotion, elle évite l’écueil trop évident du pathos classique provoqué par la mort d’un proche, mais propose un regard autre sur l’enterrement, un regard à la jonction de l’héritage chrétien et de la réinvention de ses propres codes pour mener à bien son deuil. 

La Dernière Séance reprend la figure de l’enterrement pour lui donner une fonction à la fois conflictuelle et mémorielle, où ceux qui restent, règlent leur compte avec les morts et les vivants mais où tous semblent jouer le jeu du rapprochement, malgré tout.

Tout à propos de: