Cinergie.be

Cartoon Circus



Cartoon Circus

Titre original : Cartoon Circus

de Benoît Lamy, Jean-Paul Walravens "Picha"

Date de sortie : 1972

Pays : Belgique

Genre : documentaire

Durée : 56'

Charlie Hebdo
Topor
Reiser
Siné
Gal
Cavanna
Willem
Choron
Cabu
Wolinski

Hymne à la liberté des caricaturistes de presse, "Cartoon circus" plante d’emblée son décor dans l’actualité politique internationale. Les snipers du crayon, venus de France, d’Allemagne, des États-Unis ou de Belgique, y évoquent la guerre du Vietnam, le printemps de Prague, le mur de Berlin... et même les dissensions communautaires entres flamands et wallons. Le plus grand chapitre du film est consacré à l’équipe de "Charlie Hebdo"... qui vient de naître à la suite de l’interdiction de "Hara Kiri", en novembre 1970. Parmi eux, Topor, Reiser, Siné, Gal, Cavanna, Willem, le professeur Choron, mais aussi Cabu et Wolinski. Et c’est un poème. Car dans le minuscule local de Charlie règne un indescriptible et joyeux bordel. Choron gueule, Cavanna tire la langue, le génial Reiser gribouille sans cesse, le discret Cabu sourit sous le manteau, Wolinski philosophe... Ça bouffe, ça dessine, ça débouche le pinard, ça fume, ça déconne. Choron découvre un courrier de lecteur haineux, lié à un dessin de Wolinski. "Pauvres cons", s’insurge Choron, avant de chambrer Wolinski. "Toutes les lettres méchantes, c’est pour moi, observe ce dernier, un rien Droopy. Mais il y a des gens qui m’aiment. Ma mère, elle m’adore, je fais sa joie." Le film rappelle d’où viennent les fantassins de la démocratie. Leur ADN, si l’on peut dire, est double : ce sont des galopins et des contestataires, d’apparents irresponsables et en vérité des esprits engagés, plus conscients que quiconque du tragique de leur époque. Leurs têtes de gondoles ? Les militaires, les policiers, les prêtres. Toutes les formes de pouvoir. Pas de personnalités ciblées, mais surtout des symboles : les institutions et les grands tabous. Et parmi ces tabous, bien sûr, le sexe. Ce sont à leur façon des obsédés sexuels, qui voient des bites partout, et font autant que possible l’apologie de la liberté sexuelle. On n’est pas loin du slogan de mai 68 – "faites l’amour, par la guerre"

Synopsis :

Une plongée documentaire dans le monde de la B.D., dont une bonne partie fut tournée dans les coulisses endiablées de Charlie Hebdo, au début des années 1970, une époque de folle insouciance, aujourd’hui révolue. Un hymne bouleversant à la liberté d’expression défendue par d’heureux fantassins.

Galerie photos

L'équipe belge