Cinergie.be

Marian Handwerker

Marian Handwerker

Métier : Réalisateur

Adresse : 9, avenue de la Ferme Rose bte 5

Ville : 1180 Bruxelles

GSM : +32 485 84 06 41

Galerie photos

Filmographie

Qui dira le kaddish

Qui dira le kaddish

documentaire
2013
 
Combat avec l'ange

Combat avec l'ange

fiction
2008
 
Avec le temps...

Avec le temps...

Fiction
2006
 
Qu'elle est jolie notre petite rue

Qu'elle est jolie notre petite rue

Fiction
2003
 
Don d'un frère (série du Dr Sylvestre)

Don d'un frère (série du Dr Sylvestre)

Fiction
1999
 
Pure Fiction

Pure Fiction

fiction
1998
 
Marie

Marie

fiction
1993
 
Auschwitz, un voyage d'affaires

Auschwitz, un voyage d'affaires

Docu-fiction
1991
 
Le voyage d'hiver

Le voyage d'hiver

fiction
1983
 
La Cage aux Ours

La Cage aux Ours

fiction
1974
 

Cinéma

1970 : Les Anars - Bidonville - Têtes de turc

1971 : Pois pois

1973 : La Cage aux ours

1977 : Les Couleurs de la vie

1983 : Le Voyage d'hiver

1990 :  Auschwitz, un voyage d'affaires

1992 : Marie

1998 : Pure Fiction

2003 : Quelle est jolie, notre petite rue, Une chronique bruxelloise, première partie : Lilly

 

Télévision

1972 : L'Ecole qui change - Un pas dans le ciel - Un pas en avant - Pas à pas

1978 : La Pologne

1980 : Et le vent souffle de la mer - Miracle sur la Baltique

1985 : Européens si vous saviez

1986 : Les Pacifistes

1988 : Une femme pressée

1989 : Avant la bataille - Les Enfants du soleil - Les Années noires et blanches

1990: Dérapages - Rêves de femmes - Gortz

1991 : Castoriadis - Le Secret - Résistance - La Promesse - Autrement

1999 : Le Don d'un frère (dans la série du Dr Sylvestre)

2001 : Un enfant dans la nuit

2006 : Avec le temps (ex -Un lendemain matin)

Le déclic...

Marian Handwerker

Dieu seul le sait
J'ai vu un western dont j'ai oublié le titre. Il s'agissait probablement d'un de ces innombrables films que les U.S.A. exportent dans le monde entier pour le plus grand plaisir des enfants assoiffés d'héroïsme que nous étions.
Un homme seul lutte contre un grand nombre d'ennemis implacables. Lorsqu'il parvient enfin à en éliminer quelques-uns, il cesse tout à coup le combat pour des raisons obscures. Et même s'il apparaît aux yeux de la population comme un lâche, lui seul, et peut-être en fin compte seulement Dieu sait pourquoi, il abandonne et laisse la vie sauve aux autres, disparaissant sur toujours le même chemin par lequel on quitte la ville légendaire du western.
A partir de ce moment le cinéma est devenu le centre imaginaire de ma vie et je ne cesse de reproduire des personnages qui poursuivent des buts inconnus, car ce qui compte, n'est-ce pas, c'est le chemin, à moins que ce ne soit le but, mais qui va nous l'indiquer ! ?

Marian Handwerker