Cinergie.be

Sur le tournage du film "L'Employée du mois"

Publié le 07/10/2020 par David Hainaut et Constance Pasquier / Catégorie: Tournage

Celles qui travaillent 

Révélée grâce à son rôle de psychologue dans La Trêve, Jasmina Douieb boucle en ce moment le tournage de L'Employée du Mois, film dans lequel la comédienne campe son premier rôle en fiction. Il s'agit d'une future comédie "noire et trash", tournée sous-forme de huis-clos. 

Premier long-métrage de Véronique Jadin, connue jusque-là comme réalisatrice de courts-métrages, ce film a été l'un des quatre premiers sélectionnés par le "Fonds à conditions légères", créé par le Centre du Cinéma, il y a deux ans. Petite prise de température sur le plateau. 

Situé à deux pas du port de Bruxelles, l'ancien siège des entreprises Ziegler participe, à sa manière, à la reprise des tournages en Belgique. Car si l'équipe de L'Employée du mois a investi, durant vingt jours, le premier étage de ce bâtiment, les deux étages supérieurs ont eux été occupés par autant d'autres plateaux durant la même période : celui d'une série (Terre, du trio Adil El Arbi, Bilall Fallah et Mathieu Mortelmans) et d'un long-métrage (Entre la vie et la mort, de Giordano Gederlini). Mais c'est bien le premier cité qui nous intéresse ici, le seul a y avoir été intégralement tourné et qui sera le premier long-métrage produit par les Bruxellois de Velvet Films. De l'aveu-même de la réalisatrice, Véronique Jadin, c'est "clairement" pour répondre à l'appel à projet du Fonds en "Productions légères" imaginé par la Fédération Wallonie-Bruxelles – qui pour rappel, permet sous certaines conditions de faire naître des films plus rapidement -, qu'elle s'est lancée dans cette aventure. "C'est vraiment une comédie noire, trash et barrée qui, j'en ai bien conscience, n'aurait jamais pu être financée dans le circuit habituel. C'est en fait en lisant un livre anglais culte (Dirty Weekend, d'Helen Zahavi), qui raconte l'histoire d'une fille se faisant harceler par un voisin et qui décide un jour de se venger, que j'ai eu l'idée du film. J'étais aussi très fâchée l'été au moment où je l'ai écrit!", confie-t-elle. 

Un premier rôle pour Jasmina Douieb (La Trêve) 

L'histoire de ce film évoque celle d'Inès (Jasmina Douieb), une femme travaillant dans une firme qui vend des produits ménagers aux entreprises. Jadin poursuit : "...et bien que considérée depuis toujours comme la meilleure employée de sa boîte, son employeur lui rend bien mal, car elle est mal payée et mesestimée par ses camarades masculins. Mais alors qu'un jour arrive une nouvelle stagiaire, elle se rend compte de sa situation de maltraitance et décide de demander la première augmentation de sa vie : mais c'est là que tout va complètement déraper!" Mélody, la stagiaire en question, sera interprétée par Laetitia Mampaka, une actrice débutante de 24 ans qui s'est fait médiatiquement connaître en ce début d'année, en devenant finaliste du Grand Choral, un concours d'éloquence diffusé en France, après avoir été championne d'Europe de la discipline. Jadin détaille : "J'ai eu la chance que le directeur de casting, Sébastian Moradiellos, aime le projet et s'y investisse comme un fou. On a testé énormément d'Inès, de Mélody et de rôles principaux, et c'est lui-même qui m'a suggéré Jasmina Douieb à laquelle je n'aurais jamais pensé, car je la connaissais surtout comme metteuse en scène de théâtre. Et puis à l'origine, j'imaginais une blonde ! En fait, Jasmina a un sens comique incroyable !" 

 

Jasmina Douieb sur le tournage de L'Employée du mois de Véronique Jadin

Une comédie dans le monde du travail ... 

Si convaincre l'actrice principale de se lancer dans le projet a été simple, encore fallait-il qu'elle se rende disponible pour le tournage, elle qui reste assez impliquée sur les planches, ce que Douieb nous confirme : "Entre les deux mondes, les horaires sont parfois difficilement compatibles, et les miens sont assez fous. J'ai donc un peu poussé les murs pour caser ce tournage dans mes répétitions, et ça a marché. Le luxe inouï, c'est que je suis dans presque tous les plans, ce qui me permet d'explorer le jeu pendant tout le tournage. Je sais tout ce qui se passe, ce qui m'aide à me faire sentir maître de mon personnage." L'actrice avoue avoir été d'emblée séduite : "Je trouve qu'une comédie féministe comme point de départ, c'est pertinent. Parce qu'on peut aborder avec dérision des choses importantes, en disant des choses profondes sans en avoir vraiment l'air", sous-entendant des thèmes comme l'inégalité salariale ou la souffrance dans le monde du travail. "Et puis l'équipe ici est composée de beaucoup de femmes. C'est rare et ça fait du bien, dans ces métiers encore très masculins", ajoute encore celle qui prépare en ce moment un spectacle pour le jeune public - avec Lara Hubinon, une autre comédienne vue dans La Trêve - et qui vient de créer un podcast (Junior) pour la RTBF, pour la 2e saison de Belgian Crime Story.

... avec un parfum de Pierre Richard

Outre le tandem Douieb-Mampaka et Peter Van Den Begin (bien connu en Flandre et Magritte du Meilleur Acteur en 2018), Jadin a réuni un casting hétéroclyte, puisqu'on croisera dans le film une galerie de visages connus ou d'habitués des productions belges, d'Alex Vizorek à Christophe Bourdon, en passant par Achille Ridolfi, Laurence Bibot, Philippe Grand'Henry, Ingrid Heiderscheidt, Thomas Ancora, Blaise Ludik ou Philippe Résimont. "J'aurais bien aimé avoir Benoît Poelvoorde, mais ça semblait compliqué", indique la réalisatrice, "Mais tout ce beau monde m'a dit oui du premier coup, et à toute vitesse, ce qui offre une belle énergie au plateau. Ce n'est pas pour l'argent qu'ils sont venus, mais je pense que c'est une comédie bien écrite, avec pas mal de scènes de jeu et même de gags. Tous doivent sentir que c'est un film construit pour eux." Pour peaufiner son scénario, Jadin a été épaulée par Nina Vanspranghe, recrutée par un casting sur les réseaux sociaux. "Quand le projet a été accepté, le producteur Sébastien Schelenz m'a conseillé de me faire aider par une scénariste femme, chose que je n'aurais jamais moi-même osé formuler (rire). J'ai eu la chance de tomber sur Nina, qui termine un master d'écriture à l'INSAS. C'est super, car on a la même passion pour les films de Pierre Richard, avec les mêmes références en comédie. On s'est éclaté, mais on a énormément bossé, la comédie nécessitant beaucoup de mécanique."

 

Peter Van Den Begin et Jasmine Douieb sur le tournage de L'Employée du mois

Un film tourné et monté en simultané

Un long-métrage de nonante minutes qui devrait être rapidement prêt, le montage se faisant simultanément avec un tournage qui ne comporte que deux scènes en extérieur. "C'est particulier et avant tout lié aux disponibilités limitées de notre monteur, Yannick Leroy, qui se trouve donc en permanence sur le set. Mais la méthode offre aussi pas mal d'avantages à notre collaboration". En plus du Centre du Cinéma de la Fédération Wallonie-Bruxelles, L'Employée du mois est - entre autres - financé par les chaînes RTBF et Be TV, et le Fonds Screen Brussels, tous sollicités pendant le confinement printanier. "C'est connu, écrire des comédies est loin d'être évident. On s'est battu pour gratter chaque euro, mais on a finalement reçu de l'argent de la part de tous les guichets où on a frappé à la porte !", explique Jadin, avec un certain soulagement. "Ce qui est intéressant, aussi, avec ce nouveau Fonds, c'est qu'on peut facilement composer des castings 100% belges, tout en bénéficiant d'une liberté de création inédite. J'espère qu'on va pouvoir continuer à pousser les investisseurs à miser sur ce type de films, dans l'espoir d'être un jour plus confortables au niveau du temps de travail, des décors, etc... Je ne parle pas seulement des comédies, mais aussi des films de genre, des thrillers, des films d'horreur (...). Cela dit, je n'ai pas à me plaindre. Dans d'autres pays, des tournages sont encore à l'arrêt. Donc, on touche du bois pour continuer. Mais je crois qu'on va faire un beau film..."

Tout à propos de: