Cinergie.be

Les frères Dardenne enfin prophètes en leur pays

Publié le 11/08/2015 / Catégorie: Brève archivée

La 5ème Cérémonie des Magritte du cinéma belge s’est tenue ce samedi soir, sacrant (enfin) les frères Dardenne pour Deux jours, une nuit

La profession cinématographique belge, réunie samedi soir pour les Magritte du cinéma belge, a enfin, pourrait-on dire, sacré le travail de Luc et Jean-Pierre Dardenne, en leur attribuant les Prix du meilleur réalisateur et du meilleur film pour Deux jours, une nuit. En 2012, les frères étaient repartis bredouille ou presque pour Le Gamin au vélo, auquel l’Académie Delvaux avait préféré Les Géants de Bouli Lanners. Certes, nul n’est prophète en son pays, mais le fait que les frères Dardenne, acclamés dans le monde entier, membres du très exclusif club des réalisateurs ayant reçu deux Palmes d’or, soient passés à côté du Magritte à l’époque nouvellement créé avait un arrière-goût un peu amer. La faute est pour ainsi dire réparée, d’autant que le Magritte du meilleur acteur a lui été décerné à Fabrizio Rongione pour Deux jours, une nuit. Un premier prix pour l’acteur découvert par les frères Dardenne dans Rosetta, où il partageait l’affiche avec une autre débutante, Emilie Dequenne, qui a quant à elle reçu le Magritte de la meilleure actrice pour sa performance dans Pas son genre. Et c’est à Jérémie Rénier, découvert dans La Promesse, et fidèle compagnon des Dardenne depuis, qu’est revenu le Prix du meilleur second rôle pour sa performance dans le Saint-Laurent de Bonello. Ces trois prix d’interprétation soulignent là aussi l’incroyable force de découvreur de talents des réalisateurs. Les Dardenne coproducteurs avec Les Films du Fleuve voient également leur palmarès s’étoffer avec les trois prix reçus par Marina de Stijn Coninx (meilleurs décors, meilleurs costumes, et meilleur film flamand).

Dans le reste du palmarès, on retiendra le Prix du scénario attribué à Lucas Belvaux pour Pas son genre (il l’avait déjà reçu en 2013 pour 38 Témoins), ainsi que le Prix de la meilleure image attribué à Manu Dacosse pour son remarquable travail sur l’atypique film de Cattet et Forzani, L’Etrange Couleur des Larmes de ton Corps. Enfin, l’Académie Delvaux a emboîté le pas de celle des César en remettant le Prix du meilleur espoir masculin à Marc Zinga pour Les Rayures du Zèbre, qui concourra aux César dans la même catégorie pour son rôle dans Qu’Allah bénisse la France, et dont on vient d’apprendre qu’il jouera les méchants dans Spectre, le prochain James Bond.

 

Palmarès 

Meilleur film
Deux jours, une nuit, de Jean-Pierre et Luc Dardenne

Meilleur réalisateur
Jean-Pierre et Luc Dardenne, pour Deux jours, une nuit 

Meilleur film flamand
Marina
, de Stijn Coninx

Meilleur premier film (Magritte décerné par le public)
Je te survivrai
, de Sylvestre Sbille

Meilleur scénario
Lucas Belvaux, pour Pas son genre

Meilleur acteur
Fabrizio Rongione, pour Deux jours, une nuit

Meilleur actrice
Emilie Dequenne, pour Pas son genre

Meilleure acteur dans un second rôle
Jérémie Renier, pour Saint Laurent 

Meilleure actrice dans un second rôle
Lubna Azabal, pour La Marche
/film/marche_la 

Meilleur espoir féminin
Ambre Grouwels, pour Baby Balloon
/film/baby_balloon 

Meilleur espoir masculin
Marc Zinga, pour Les Rayures du Zèbre
/film/rayures_du_zebre_les 

Meilleurs décors
Hubert Pouille, pour Marina

Meilleurs costumes
Catherine Marchand, pour Marina

Meilleure image
Manu Dacosse, pour L'Etrange couleur des larmes de ton corps
/film/etrange_couleur_des_larmes_de_ton_corps_l 

Meilleur son
Henri Morelle et Luc Thomas, pour Pas son genre

Meilleur montage
Damien Keyeux, pour La Marche

Meilleure musique originale
Soldout pour Puppy Love
/film/puppy_love

Meilleur court-métrage
La Bûche de Noël, de Stéphane Aubier et Vincent Patar
/film/panique_au_village_la_buche_de_noel

Meilleur documentaire
Quand je serai dictateur, de Yaël André

Magritte d'honneur
Pierre Richard

Aurore Engelen
www.cineuropa.org

Tout à propos de: