Cinergie.be

Les glaçons de Sara Dufossé

Publié le 19/06/2020 par Bertrand Gevart / Catégorie: Critique

Dans Les Glaçons, la réalisatrice Sara Dufossé semble proposer une analogie entre un mal physique douloureux inattendu et une séparation. Par une belle journée de printemps, Louise se réveille avec une rage de dents, c’est aussi le jour où son ex-compagnon débarque pour discuter de la répartition des affaires.

Les Glaçons, c’est d’abord un choc thermique, ce qu’on pose délicatement sur ce qui nous fait mal, un froid glacial qui remplace une autre douleur. La réalisatrice propose un film qui tient en quelques plans parfaitement exécutés à l’intérieur d’un salon. Alors que le huis clos est habituellement le lieu de tous les heurts, de tous les règlements de compte, Sara Dufossé en fait un lieu de sollicitude, de rédemption, de dialogues accordés qui laissent poindre les maladresses de la séparation, celle où sans doute, l’amour y demeure encore dans l’interstice. La fixité des plans nous immerge dans l’intimité de ce couple qui se retrouve pour discuter de la distribution des affaires. Mais aux allures simples du dispositif et de l’objectif poursuivi, ce prétexte est aussi celui où l’on se revoit, où l’on remarque les choses qui ont changées chez l’autre, où l’on constate le manque et peut-être la possibilité de faire advenir un « après » la séparation.

À un thème aussi éculé, Sara Dufossé relève le pari d’en saisir l’essence en s’attachant à un détail, les choses qui rattachent deux êtres, les choses qui sont témoins du spectacle de l’amour finissant.

Tout à propos de: