Cinergie.be

Chasser les dragons de Alexandra Kandy Longuet au BRIFF

Publié le 01/09/2021 par Kevin Giraud / Catégorie: Critique

Aide toi et le ciel t'aidera

L'on pourrait voir cette devise affichée sur le montant de la petite porte de cette salle de consommation à moindre risque de Liège, établissement unique en Belgique et ouvert en 2018. Un endroit où, sous la surveillance d'une équipe d'assistants sociaux et de personnel qualifié, des substances illicites peuvent être consommées par les usagers, dans des conditions sanitaires contrôlées.

Quelles démarches derrière ce lieu dont l'objet même peut sembler déstabilisant ? C'est ce que nous relate la documentariste Alexandra Kandy Longuet dans Chasser les dragons, une production Dérives en avant-première au BRIFF 2021.

 

 
Chasser les dragons de Alexandra Kandy Longuet au BRIFF

Ce qui frappe d'emblée, c'est le respect et la distance que prend la caméra par rapport aux différents personnages. Avec beaucoup de tact, la réalisatrice écoute, sans jugements, les nombreux témoignages de ces hommes venus se shooter. Dans ce petit univers de préfabriqués au cœur de la cité ardente, elle capte les histoires complexes, les vies détruites, les êtres coincés dans cette réalité cauchemardesque de la consommation. Des gens à la recherche de quelqu'un à qui parler, pour continuer à exister dans une société qui les rejette ou les a déjà bannis.

Avec sa caméra, Alexandra Kandy Longuet expose, au fur et à mesure qu'elle pénètre dans cet univers, des visages. Elle révèle les corps meurtris, les hommes abîmés par la rue, par la drogue, par la fatigue et la souffrance du manque. Elle donne une réalité à ces gens qui ont besoin d'écoute pour s'en sortir face à un ennemi implacable, face à un produit plus fort que tout. Par son cadre, par son travail, elle dédiabolise ces personnes, leur rend leur humanité. Après tout, n'est-ce pas surtout cela qu'ils cherchent, en faisant le premier pas de sortir de leur solitude, pour être à nouveau, malgré leur addiction ? 

Être pour eux-mêmes, mais aussi par le regard des autres. Exister grâce au temps, à l'écoute, à la compréhension de ces équipes qui les accueillent quotidiennement. Et la cinéaste de retrouver ici cette bienveillance qui transpire également dans les regards, les attitudes de toutes les personnes du centre, et dans les séances de discussions qui sont mises en place pour écouter, comprendre, aider.

Pour chasser leurs dragons, ces hommes ont besoin d'aide. Les sortir de la solitude et leur donner les armes pour combattre leurs chimères, pour se réintégrer, pour retrouver une vie, c'est le travail de ces êtres qui accueillent et écoutent, encore et toujours. Même si certains n'y parviennent pas, et même si des personnes passent le seuil pour ne plus revenir, ils continuent à travailler inlassablement.

Et en passant la porte de ce petit monde, en embarquant sur ce radeau providentiel pour certains, Alexandra Kandy Longuet nous le dévoile simplement et sobrement, dans toute son humanité, fragile et forte à la fois.

Tout à propos de: