Cinergie.be

Grosse colère et fantaisies, de Célia Tisserant, Arnaud Demuynck et Frits Standaert

Publié le 23/01/2023 par Malko Douglas Tolley / Catégorie: Critique

Un samedi sur deux, le Vendôme de Bruxelles organise les samedis du cinéma avec un ciné-débat organisé par Véronique Dabout, Christophe Istace et toute leur équipe. Les parents laissent leurs enfants le temps de profiter d'une séance pour adultes dans une autre salle. Diffusée en avant première, Grosse colère et fantaisies est une compilation de cinq courts-métrages d'animation sur les émotions. D'une durée de 45 minutes au total, elle convient parfaitement aux enfants dès 4 ou 5 ans.

Grosse colère et fantaisies, de Célia Tisserant, Arnaud Demuynck et Frits Standaert

Vague à l'âme de Cloé Coutel (2021,7') met en scène une petite fille qui rencontre un bernard-l’ermite dans les dunes pendant ses vacances. Elle profite de la sieste de son père pour partir à l'aventure et découvrir le monde, non sans craintes. Avec des couleurs très chaudes dans un panel de tons orangés, les images sont belles et enivrantes. Les émotions explorées sont l'ennui, la curiosité et la timidité

Grosse colère de Célia Tisserant et Arnaud Demuynck (2022, 8') est la version animée de la bande dessinée éponyme qui met en scène le petit Robert et son papa. Le 4e film de la projection, Quand j'avais trop peur du noir de Célia Tisserant et Arnaud Demuynck (2022, 8') est également issu de cette série. Le premier met en scène un petit bonhomme qui, frustré suite à une altercation avec son papa, déverse sa colère sur tous les objets de sa chambre. La colère est ici représentée par un énorme monstre rouge qui casse tout dans sa chambre. Très puissant dans son message et très parlant pour les enfants comme pour les parents, les émotions explorées sont bien évidemment la colère mais également le contrôle de soi.

Comme l'a mentionné Christophe Istace lors du débat avec les nombreux enfants présents aux samedis du cinéma, et bravo à lui pour être arrivé à impliquer autant d'enfants et à leur faire prendre le micro pour partager leurs ressentis, le sentiment de colère répond toujours à un besoin inassouvi ou à une frustration. Dans Grosse colère, le petit Robert crache sa colère et la voit se matérialiser devant lui. Elle rapetisse au fur à mesure où il arrive à reprendre le contrôle de ses émotions. Grosse colère est vraiment un dessin animé utile pour aborder plus facilement ce type de situations.

Quand j'avais trop peur du noir met en scène les peurs que rencontrent les enfants la nuit dans le noir en raison de leur imagination débordante. Comme souvent, la créativité et l'imagination sont sources de joie mais parfois peuvent devenir néfastes ou effrayantes si l'on arrive pas à fixer des limites. Si les dessins de ces deux merveilleux courts-métrages sont classiques et colorés, les idées sont vraiment très intéressantes d'un point de vue éducatif, tout en restant amusantes.

Le troisième court-métrage s'intitule Les Biscuits de Mamy de Frits Standaert ( 2022, 13'). Avec des dessins plus adultes et une thématique plus complexe qui met à l'image l'enterrement de mamy qui revient en fantôme, ce sont à nouveau des émotions complexes comme la perte d'un être cher et le deuil qui sont dévoilés. Sans oublier l'importance des souvenirs avec une approche très amusante  de la chose.

La trop petite cabane de Hugo Frassetto (2021,6'), dernier court-métrage de la projection, est très efficace. Réalisé à base d'onomatopées avec des animaux qui tentent tous de rentrer dans une minuscule cabane, il véhicule l'idée qu'il faut être positif dans la vie et qu'il faut plutôt voir le verre à moitié plein qu'à moitié vide sans se fier à sa première impression.

Grosse colère et fantaisies est une belle surprise qui ravira les enfants en permettant d'aborder certains sujets complexes de manière ludique et détendue.

Tout à propos de: