Cinergie.be

Roger Beeckmans, réalisateur engagé

Publié le 04/09/2014 / Catégorie: Brève archivée

Globe trotter aux couleurs de la RTBF, Roger Beeckmans a longtemps arpenté les villes du monde caméra au poing. Il troquait régulièrement les bottillons de marche pour la craie du professeur de « Techniques du reportage » à l'INSAS. Depuis qu'il est libéré de toutes ses obligations professionnelles, il est devenu réalisateur. Cadrant les personnes qu'il a choisi de rencontrer, développant les sujets qu'il a préparés lui-même, de technicien, Roger Beeckmans a accédé au statut d'auteur.

Roger Beeckmans, réalisateur engagé

Ce qui lui confère une force inébranlable qu'aucun obstacle ne peut arrêter. Soutenu depuis ses débuts d'autonomie par une productrice étrangement hétéroclite dans ses choix, Martine Barbé d'Image Création, le documentariste humaniste qu'il est a consacré ses derniers films aux enfants et aux jeunes de l'immigration en Belgique. Dans « Une si longue histoire », qu'il vient de signer, Roger s'est adressé à de jeunes mineurs, non-accompagnés, demandeurs d'asile en Belgique. Le surréalisme du plat pays a fait sa renommée, mais il est difficilement acceptable quand il s'agit de la sécurité de jeunes personnes. Les parents d'adolescents savent qu'à 18 ans, un jeune n'est pas encore adulte ! Ni dans sa réflexion, ni dans sa prise de conscience du danger et peu souvent dans son autonomie. Mais la loi ne le voit pas d'un même œil. L'Etat belge, soumis par les réglementations internationales, se voit dans l'obligation d'accueillir les enfants non accompagnés, venus lui demander l'asile politique. Mais que deviennent-ils une fois atteint l'âge fatidique des 18 ans ?Quand pour certains la majorité est synonyme de liberté, ces jeunes, pris en charge par des ONG, scolarisés par obligation, se retrouvent, du jour au lendemain, coupés de leurs références dans ce pays qui les avait accueillis, jetés dans la clandestinité pour ne pas se faire rapatrier de force. « Une si longue histoire » est le récit de ces quelques rencontres, chaleureux et humain. Un film tendre qui dénonce dans le non-dit, les sourires tristes des protagonistes et les regards confus des accompagnateurs, la brutalité de la politique d'accueil belge, que l'on pourra bientôt découvrir sur les écrans.

Dimitra Bouras

Tout à propos de: