Cinergie.be

Frédéric Sojcher

Frédéric Sojcher

Métier : Réalisateur, Scénariste

Ville : 75012 Paris

Pays : France

Email : Cliquez ici

Biographie

Frédéric Sojcher est enseignant , il a été Maître de Conférences à l'Université de Rennes et chargé de cours à l'INSAS.
est actuellement Directeur du Master professionnel en scénario, réalisation et production de l'Université de de Paris Panthéon Sorbonne. Il a écrit plusieurs livres sur le cinéma belge dont  La kermesse héroïque du cinéma belge.
Il coordonné plusieurs ouvrages collectifs sur le cinéma européen et sur les rapports entre les enjeux artistiques et économiques du cinéma.

Galerie photos

Filmographie

Je veux être actrice

Je veux être actrice

documentaire
2016
 
Hitler à Hollywood

Hitler à Hollywood

Fiction
2011
 
Climax

Climax

Fiction
2009
 
Cinéastes à tout prix

Cinéastes à tout prix

documentaire
2004
 
Regarde-moi

Regarde-moi

Fiction
2001
 

1982 - Ciné-Suicide  - CM

1983 - Elles étaient deux - CM

1984 - Karmann Ghia/Coiffeurs Messieurs - CM

1985 - Fumeurs de Charme - CM

1991 - Requiem pour un fumeur avec Serge Gainsbourg - CM

1991 - A comme Acteur - CM

1992 - Il était une fois... - CM

1995 - Vroum-vroum - CM

Organismes liés à cette personne

Le déclic...

F. Sojcher

D’abord, il y a eu Carole Laure. Sur le tournage de Préparez vos mouchoirs, le film que Bertrand Blier tourne en Belgique en 1977 et sur lequel je suis figurant. Les autres figurants, censés faire partie d’une colonie de vacances, sont un peu plus âges que moi. Ils prétendent que l’actrice ne porte pas de culotte sous sa jupe. J’ai peut-être voulu faire des films pour cela, pour savoir ce qu’il y avait sous les jupes des filles. Le cinéma, c’est cela. Essayer de percer le Mystère. Dans la fiction, comme dans le documentaire. Se raconter des histoires, pour tenter de saisir un sens qui nous échappe.
Depuis que je suis tout petit, je vais au cinéma (ma grand-mère m’y emmenait toutes les semaines, voir les grands classiques, dans une salle de quartier, aujourd’hui disparue). Depuis que je suis tout petit, j’ai envie de raconter des histoires et de les mettre en scène. Au Musée des enfants, j’organisais des improvisations théâtrales… il y avait une scène, des rideaux, des coulisses. Toutes les semaines, de nouvelles représentations.
Le cinéma plus que le théâtre est une « fenêtre ouverte sur le monde », car un film a un effet de réalité qui nous donne, le temps de sa projection, l’impression que la vraie vie est là, sur l’écran : condensée, dramatisée, portée en dérision. Sublimée. Etre cinéaste est à la fois une bénédiction et une malédiction. Il n’y a pas de plus beau métier au monde, il n’y a pas de passion plus astreignante. Je ne connais pas de cinéaste qui n’ait pas à se battre, qui ne soit pris par les montagnes russes, entre espoirs et déceptions (tous les cinéastes ont des rêves enfouis, les films qu’ils ont souhaité faire et qui restent morts - nés, car ils n’ont pu être réalisés ; tous les cinéastes ont le secret espoir de trouver « leur » public, sans toujours y parvenir). Après avoir réalisé mon premier long métrage, Regarde-moi, en 2000, je me suis demandé si j’étais fait pour cela, tant les obstacles et les écueils avaient été importants. Je me suis rendu compte que je n’avais pas le choix. Faire des films est pour moi une nature première. Le seul moment où je suis pleinement épanoui, c’est quand le film se fait… 

Il faut toujours se battre pour aller au bout des paris du film. Pour que la révélationprenne corps. Que le film ait sa propre existence. Organique. Cela n’a pas de prix.
Frédéric Sojcher
Frédéric Sojcher, sur le tournage de Cinéastes à tout prix

F. Sojcher