Cinergie.be

Carte blanche à Fabrice Du Welz à Flagey

Publié le 08/01/2020 par Grégory Cavinato / Catégorie: Événement

En complément du cycle consacré à son œuvre (du 3 janvier au 16 février), de sa Master Class (le 29 janvier) et de la sortie en salles d’Adoration (le 15 janvier), le Studio Agnès Varda, en collaboration avec Flagey et la Cinémathèque, a proposé au réalisateur Fabrice Du Welz d’élaborer sa propre carte blanche. Cinéphile, Fabrice l’était bien avant d’être cinéaste. Passionné défenseur d’un cinéma viscéral, comme il le démontre régulièrement dans son émission Home Cinéma (sur BeTV), il nous livre ici une liste éclectique de six grands classiques alliant fantastique, épouvante et aventures, à redécouvrir d’urgence.

On commence par Le Château de l’Araignée (Kumonosu-djo, 1957, d’Akira Kurosawa), qui transpose Macbeth dans le Japon médiéval du 16ème siècle, dans les paysages montagneux du Mont Fuji. Tout en s’inspirant de l’expressionnisme allemand et du théâtre Nô, le maître du cinéma japonais imagine une tragédie shakespearienne mêlant fantômes et conflits de pouvoir. Toshirô Mifune et Isuzu Yamada, tous deux couverts de récompenses pour leur interprétation respective, incarnent la version la plus perverse du couple imaginé par Shakespeare, complotant de plus belle pour accéder au trône promis par une prophétie qui les mènera à leur perte.

Projections :
10 janvier à 17h30
1 février à 17h30
8 février à 15h30  

Que dire qui n’a pas encore été écrit à propos de Massacre à la Tronçonneuse (The Texas Chainsaw Massacre, 1974), film le plus dérangeant et bizarre de l’histoire du cinéma ? Comédie noire ? Survival ? Allégorie des conséquences du conflit vietnamien ? Critique acerbe d’une Amérique post-Watergate ? Tout ça à la fois ? 46 ans après sa douloureuse création (le tournage fut un cauchemar pour tous ses participants), le chef d’œuvre malsain du regretté Tobe Hooper n’a rien perdu de sa subversion, ni de sa puissance cinématographique inégalée. Hooper, cinéaste précieux et singulier qui ne s’est jamais vraiment remis de cette expérience, signe un film sensoriel qui pue, qui suinte, qui transpire, qui terrifie, qui étouffe et qui rend fou… le cauchemar le plus éprouvant jamais imprimé sur pellicule.

Projections :
10 janvier à 21h45
24 janvier à 19h30
6 février à 21h45
7 février à 21h30
14 février à 21h30

Entre western, film d’aventures et conte moral, Le Trésor de la Sierra Madre (The Treasure of the Sierra Madre, 1948, de John Huston) nous emmène au Mexique, en 1925, où, en compagnie de Humphrey Bogart, de Tim Holt et de Walter Huston, nous suivons les mésaventures de trois chercheurs d’or se disputant le trésor qu’ils ont découvert ensemble. Le grand John Huston observe ses trois gringos avec compassion, mais surtout avec une ironie mordante symbolisée par l’éternel rictus affiché sur le visage buriné et imperturbable de Bogey. Véritable classique de l’Age d’Or du cinéma hollywoodien, Le Trésor de la Sierra Madre a influencé tellement de cinéastes (on pense à Sam Raimi et son Un Plan Simple) que beaucoup pensent le connaître par cœur sans pour autant l’avoir vu. L’occasion de réparer cette erreur et de réciter à nouveau cette réplique devenue l’une des plus mythiques de l’histoire du cinéma : « Insignes ? On n'a pas d'insignes ! On n'a pas besoin d'insignes. J'ai pas besoin de vous montrer ces saletés d'insignes ! »
Projections :
11 janvier à 21h30
12 janvier à 15h30
14 janvier à 17h30
17 janvier à 17h30
3 février à 19h30

 

Retour au Japon avec Désir meurtrier (Akai Satsui, 1964, de Shohei Imamura). Le « style Imamura », alliance de documentaire et de fantasmagorie, c’est un regard analytique, parfois teinté d’onirisme, mais toujours porté par le besoin de comprendre son époque et son pays, par un sens du cadre exceptionnel et par une utilisation habile de la voix off. Ici, après avoir été victime d’un viol, une épouse disgracieuse et résignée découvre la sensualité, le mensonge et les pulsions de mort. Abolissant toute connotation morale pour décrire l’évolution psychologique et sociale d’une femme ordinaire dans sa fugue désespérée avec son agresseur, Imamura signe un film dont le regard clinique est sans cesse parasité par sa poésie morbide. Un grand récit féministe avant l’heure, véritable plaidoyer pour la passion et l’érotisme dans le cinéma japonais de son époque.

Projections :

19 janvier à 19h30
8 février à 21h30
12 février à 17h30
15 février à 21h15
16 février à 15h30
18 février à 17h30

 

Avec L’Echine du Diable (El Espinazo del Diablo, 2001), qui reste son meilleur film à ce jour, le génie mexicain Guillermo Del Toro signait l’une des plus grandes réussites du film de fantômes. Avec pour cadre son orphelinat catholique plongé dans la Guerre Civile et hanté par l’esprit d’un petit garçon mystérieusement disparu le soir où une bombe était venue se planter (sans exploser) dans la cour centrale, le cinéaste signait son film le plus personnel et entrait enfin dans la cour des grands. Ici, Del Toro s'inspire de la littérature gothique anglo-saxonne, avec des auteurs tels que M. R. James, Sheridan Le Fanu ou Arthur Machen, mais il avoue s'être inspiré de films aussi divers qu’Opération Peur (de Mario Bava), Au Revoir les Enfants (de Louis Malle), Los Olvidados (de Luis Buñuel) ou encore - cela tombe bien – de La Nuit du Chasseur, dernier film choisi par Fabrice du Welz.

Projections :

31 janvier à 21h30
8 février à 19h30
15 février à 19h15
17 février à 21h30

Unique film réalisé par l’acteur Charles Laughton, La Nuit du Chasseur (Night of the Hunter, 1955), adapté très librement d’un best-seller, fut un cuisant échec en salles. A l’heure où le tout Hollywood ne jurait plus que par le Cinémascope et par la couleur, ce petit thriller en noir et blanc déconcerta le public et la critique. Il n’a, depuis, jamais cessé d’exercer une véritable fascination sur les spectateurs qui l’ont érigé en véritable film culte. Cette traque haletante de deux enfants par un sinistre (faux) pasteur incarné avec délectation par le génial Robert Mitchum (dont c’était le rôle favori), magnifiée par ses images stylisées et la lumière expressionniste de Stanley Cortez, n’est rien moins que l’un des plus grands chefs d’œuvre de l’histoire du cinéma. Un monument d’angoisse où la folie et une poésie lugubre forment un ménage unique.

Projections :

1 février à 19h30
6 février à 19h30
15 février à 15h30
17 février à 17h30

Cinematek @ Flagey

Tout à propos de: