Cinergie.be

Rencontre avec Luc Jabon pour la sortie de Bruxelles-Brussel, Une traversée urbaine

Publié le 23/04/2019 par Dimitra Bouras et Safwan Alami / Catégorie: Entrevue

Bruxelles, plurielle.

Scénariste, script doctor, enseignant et réalisateur, Luc Jabon livre aujourd'hui un documentaire sur sa ville, Bruxelles. Raconter une ville en la traversant, en s'arrêtant ici et là, en arpentant les rues, les boulevards, les ruelles, en s'asseyant sur une place, en occupant les espaces urbains, voilà le défi de Luc Jabon qui fait de la ville la véritable protagoniste de son film. Bruxelles-Brussel, une traversée urbaine, c'est un film kaléidoscopique sur une ville plurielle. Le réalisateur s'arrête dans plusieurs quartiers de la capitale et discute avec différents interlocuteurs (trices) qui y vivent, travaillent ou les investissent. Ensemble, ils s'interrogent alors sur le passé de cette ville, sur son présent mais aussi son avenir. Bruxelles bouge, change, évolue, s'adapte aux nouveaux enjeux politiques, économiques, sociétaux, culturels, urbanistiques de nos réalités actuelles.
Nous retrouvons le cinéaste sur le coin de la rue Philippe de Champagne et du boulevard Maurice Lemonnier.

 

Luc Jabon : Nous sommes ici, sur la rue Philippe de Champagne, un peintre portraitiste et historien du 17e siècle, parce que j'ai habité ici en 1958. J'étais encore enfant à l'époque et j'ai vécu chez mes grands parents maternels pendant un an pour poursuivre ma scolarité, parce que mes parents vivaient encore au Congo. Déjà en 1958, j'aimais rester sur ce balcon pour compter et répertorier les voitures qui passaient sur ce boulevard Maurice Lemonnier, un député qui a longtemps été déporté pendant la guerre 14-18.
J'ai aussi choisi ce lieu car la Senne passait par ici autrefois et on traversait le boulevard sur un pont. Aujourd'hui, c'est recouvert par un boulevard qui était un boulevard urbain mais qui aujourd'hui, avec le reflux des voitures, va peut-être avoir un tout autre avenir.
J'étais surpris par notre méconnaissance de l'origine des noms des rues de notre ville. C'est un symptôme de notre état d'esprit de ne pas du tout nous intéresser à cela et d'oublier d'où ces noms de lieux proviennent. Une fois que l'on sait, ces endroits nous apparaissent autrement.

C. : Comment avez-vous eu l'idée de faire ce film ?
L.J. : L'idée du film n'est pas venue de moi directement mais plutôt d'une conversation que j'ai eue avec mes producteurs Martine Barbé d'Images Créations et Paul Sterck. On s'est dit qu'il était temps de refaire un film sur Bruxelles en adoptant un nouvel angle d'attaque par rapport aux films qui ont déjà été faits sur cette ville. C'est une phrase de Walter Benjamin, « La rue, c'est l'appartement du collectif » qui m'a donné l'idée. J'ai eu envie de faire un film sur Bruxelles à partir de quelques-unes de ses rues et de ses espaces urbains.
Ici, l'idée était de faire de la rue l'héroïne du film ou de l'espace dans lequel je plaçais mes intervenants. D'où l'idée qu'il fallait beaucoup d'intervenants pour parler de l'espace urbain bruxellois. Il fallait que personne ne prenne la main sur le film et il fallait trouver un système narratif où tous ces intervenants plongés dans des espaces urbains choisis par moi puissent s'y immerger et entrer en résonance et en correspondance les uns avec les autres.

C.: Comment avez-vous imaginé l'écriture du film?
L.J.: Très vite est venu le principe d'une traversée, d'où le titre Bruxelles-Brussel, une traversée urbaine. Dès que j'ai trouvé ce type de déroulement du film, il s'agissait de choisir un certain nombre de quartiers, de rues, de boulevards, de places qui faisaient question pour moi.
J'ai choisi ces endroits, non par goût subjectif, mais parce que la rue a une spécificité: elle est transversale. Elle a un passé, elle a un présent dans lequel on est quand on foule les pavés et elle a un futur. Et, aujourd'hui, les espaces urbains vivent une véritable mutation, un basculement.
Très vite est venue l'idée qu'il fallait que je choisisse des intervenants (antes) qui puissent parler du passé, d'autres qui évoquent le présent, comme un habitant, un riverain et d'autres encore qui peuvent évoquer un futur possible.
J'ai pris beaucoup de temps à choisir les intervenants (antes) mais aussi à bien préciser les questions que j'allais leur poser pour qu'ils entrent toutes et tous en correspondance, en résonance. Je ne voulais pas que chacun soit enfermé dans sa spécialité, sa spécificité et je ne voulais pas qu'il y ait un discours sur notre ville.
Tout le monde veut se déplacer librement dans la rue. Ce côté démocratique de la rue devait être présent dans le film sans être dit à travers un discours. Ce n'est pas étonnant que sous les dictatures, la première chose qu'on interdit, ce sont les rassemblements dans la rue. On impose un couvre-feu.

Bruxelles-Brussel, une traversée urbaineC.: Le tournage n’a pas été trop difficle?
L.J.: Le tournage a eu lieu entre le 15 mai et le 15 octobre 2018, il a plu une fois et c'est le jour où j'ai filmé une manifestation sinon il a fait beau tous les jours. Si des étrangers voient mon film, ils croiront que Bruxelles est un endroit idyllique.
Le tournage a été une aventure et je dois saluer l'équipe qui a travaillé avec moi pendant des mois. Je ne voulais absolument pas toucher à l'espace urbain, quand j'y immergeais mes interlocuteurs (trices), c'était assez rock'n'roll du point de vue de l'image et du son. Par moments, je l'ai laissé dans le film de manière intentionnelle, la rue montrait les gens qui y vivent leur vie, qui s'en fichaient du film et qui montraient qu'ils étaient là. Ce n'est pas moi qui faisait la loi dans la rue avec mon film mais c'est la rue qui gardait sa force et sa puissance hétérogène et nous devions nous y plier, d'où un travail sur le son et l'image qui a toujours été aventureux.

C.: Ce film apparaît comme une ode à Bruxelles pleine de tendresse. Vous y montrez les côtés les plus chaleureux de la ville.
L.J.: Oui, c'était intentionnel. Il semble qu'il y ait assez de films excellents qui ont un point de vue idéologique, politique, urbanistique, architectural. Mon point de vue d'auteur dans ce film, c'était de traduire, à partir de cette hétérogénéité, un esprit bruxellois. Cet esprit bruxellois, c'est le « bordel » général dans lequel on est plongé dans cette ville, c'est vouloir prendre plaisir à y vivre. Ce plaisir est particulier parce qu'il vient avec une sorte de moquerie, de dérision, d'autodérision. Quelques intervenants (antes) reviennent là-dessus d'une manière judicieuse. C'est aussi traduit par les personnages et personnalités qui ont été choisis. Je me suis refusé de choisir des interlocuteurs qui seraient des spécialistes de l'espace urbain. Il y a en a beaucoup dans le monde mais je voulais uniquement travailler avec des interlocuteurs (trices) de notre ville. Je voulais leur donner une forme d'égalité. C'est pour cela que c'est difficile de parler du film ou de certains d'entre eux car ce serait les mettre en avant par rapport à d'autres. Pour moi, l'un comme l'autre se valent parce qu'ils sont au service de notre cité.
Je trouve cela formidable et je me suis rendu compte que je tombais à un moment de basculement. Pendant presque cent ans, la reine de la ville, c'était l'automobile. Il fallait que les automobilistes puissent se rendre le plus vite possible au plus près du centre de la ville. Aujourd'hui, il y a un reflux de la voiture qui est voulu par tout le monde, même par les automobilistes. Et que fait-on de nos rues, de nos espaces urbains si la voiture reflue? C'est une interrogation géniale car elle ne doit pas intéresser que les experts mais aussi les citoyens. Aujourd'hui, cette question intéresse tout le monde. Je dis toujours que si une rue vit, le quartier vit.

C.: Qu'avez-vous appris en faisant ce film?
L.J.: J'ai appris beaucoup sur le passé de ma ville. Je me rends compte à quel point on connaît peu notre passé urbain contrairement à d'autres citoyens, notamment les Lisboètes. C'est important de savoir que cette ville a été traversée par une rivière pendant des centaines d'années et qu'aujourd'hui, cette rivière est sous nos pieds. Et, en voûtant la rivière, cela a changé totalement notre appréhension des rues et de l'espace urbain. Le passé m'a appris beaucoup de choses sur le présent car il y a une empreinte sur notre manière de circuler actuelle même si on n'y comprend rien et qu'on n'y connaît rien. J'ai aussi appris des choses sur le présent de la rue, les enjeux que pose aujourd'hui la piétonisation, la future identité de la place Fontainas par exemple. Ce n'étaient pas mes questionnements quand je me promenais dans la rue. Aujourd'hui, même moi qui ai fait ce film, je m'arrête beaucoup plus et j'observe ce qui m'entoure, ce que les gens ne font plus. Il ne faut pas oublier que jusqu'en 1930, tout le monde marche sur la rue. Dans les années 1930, il y a eu des arrêtés qui imposaient aux citoyens de marcher sur les trottoirs et qu’ils devaient traverser sur des passages cloutés. Cela veut dire que pendant des centaines d'années, tout le monde marchait partout et on y allait pour discuter, pour voir des animations. Aujourd'hui, aller dans la rue, c'est aller d'un point A à un point B. Avec le reflux de l’automobile, on retrouve la situation qu'on avait auparavant. On va peut-être retrouver l'esprit de la promenade et de la flânerie qui avait disparu ces dernières dizaines d’années.
De plus, aujourd'hui, il n'y a pas que le politique qui s'intéresse à l'avenir de nos rues et de nos espaces urbains. Les citoyens, quels qu'ils soient, dans leur quartier, veulent se réapproprier la discussion sur l'avenir de leurs espaces urbains. Ce basculement fut, pour moi, une révélation. Je suis heureux de voir que mon film tombe au moment de ce basculement.

Bruxelles-Brussel, une traversée urbaineC.: On se rend compte que le citoyen veut se réapproprier son quartier, même le centre ville, plus touristique.
L. J.: Aujourd'hui, il y a une réelle volonté de ne pas rendre la ville uniquement importante pour des événements ou pour le commerce. On a envie que dans cette ville, on puisse simplement s'asseoir à une terrasse de café, regarder les passants et s'oublier dans la ville. Je trouve cela extraordinaire. C'est important qu'il y ait des événements et on peut remercier le monde politique d'avoir cherché des possibilités musicales, culturelles, gastronomiques. Mais, il est important de garder le côté apaisant d'un quartier, même dans le centre ville. Même si beaucoup de gens quittent aujourd'hui la ville de Bruxelles pour vivre à l'extérieur, il y a aussi tout un mouvement pour pouvoir vivre de manière apaisée dans le centre ville.
Maintenant, il ne faut pas se leurrer car tout cela pose aussi des conflits. C'est difficile d'avoir un consensus au sein des quartiers, il y a toujours une minorité qui n'est pas d'accord. Le fait que la question démocratique se pose d'une manière frontale m'a frappé dans ce film. Comment parvient-on à écouter la minorité qui résiste alors que la majorité impose un point de vue et comment parvient-on finalement à trancher? Comme le dit l'une de mes intervenantes, quand on parle espace public, on parle cohésion sociale. Comment cette cohésion se construit aujourd'hui à Bruxelles vu la multiculturalité de la ville, vu les 187 nationalités qui y existent, vu qu'on est la capitale de l'Europe ? Le film pose toutes ces questions en filigrane. Je me suis contenté d'une forme d'immersion de mes interlocuteurs.
Dans une des séquences, on se retrouve à Flagey où une fois par semaine, deux véhicules viennent avec des douches et des machines à laver pour permettre aux personnes précarisées de se laver. Mais, quand on voit un plan large de cette place, je trouve cela extraordinaire de voir les bénévoles qui se démènent pour cette population et en même temps incongru parce que la ville continue à vivre autour. Il y a un côté énigmatique dans l'espace urbain.

C.: Que voulez-vous apporter dans vos échanges avec les spectateurs?
L.J.: Aujourd'hui, beaucoup de documentaires et beaucoup de fictions sont sur le registre compassionnel. On met en avant un sujet ou un personnage pour lequel le public va avoir une empathie directe parce que ce qu'il vit nous bouleverse, nous touche. Ici, c'est un film un peu conceptuel sur la rue. J'ai essayé de donner une forme d'émotion particulière à travers une interrogation qui est, à première vue, intellectuelle et conceptuelle. Dans ce cadre-là, je suis plutôt comme un passeur. Ce qui m'intéresse, c'est qu'il y ait des débats où mon point de vue est lié à ceux des autres. Je ne suis pas là pour venir avec un discours où je sais ce que va devenir l'espace urbain. Au contraire, ce que le film m'a montré, c'est la difficulté de trouver des solutions qui puissent faire consensus. Il y a toujours des gens qui continueront à penser que la rue et le boulevard doivent être des lieux de passage pour leur automobile et qu'ils ne doivent pas être gênés dans leur mouvement. Je me vois plutôt comme un relais qui vient avec un film que je tends comme une perche pour permettre la discussion. Il n'y a pas que des livres, des études, des rencontres universitaires, il y a aussi un film qui va susciter un débat et qui, grâce au médium cinéma, va peut être toucher plus de gens. Peut-être que des citoyens lambda vont se questionner sur l'avenir de leur rue et vont se rendre compte qu'ils peuvent avoir du poids dans les décisions à prendre.
J'ai filmé une rencontre entre le bourgmestre et un comité de quartier de la place Fontainas pour montrer que les deux mondes peuvent se rencontrer et que c'est possible de discuter et que le citoyen a son mot à dire. Les architectes et les urbanistes avaient un autre projet au départ, et les riverains et le Comité Saint-Jacques les a convaincus de ne pas se contenter de trois bacs de fleurs et deux bancs.
J'espère que mon film prêtera à cette discussion.

Tout à propos de: