Cinergie.be

+ Mai 2006

Loupiote : la transmission du cinémaLire l'article
Loupiote : la transmission du cinéma
Publié le 05/05/2006 / Catégorie: Dossier

Une loupiote sur le cinéma  Les lettres, les mots, les phrases, les chiffres, les nombres,...voilà ce que nos enfants apprennent aujourd’hui à l’école. Inintéressant ? Non, pas du tout, mais dans un monde où l’image prend de plus en plus de place, pourquoi les enfants n’y sont-ils pas encore initiés ? Il est vrai que certains films servent de support visuel à la théorie mais comment apprécier quelque chose qu’on connaît peu ou pas ? Les enfants n’apprennent pas l’image comme les mots ; pourtant ils en sont les premiers consommateurs. Les parents, eux, s’inquiètent de l’influence des images sur leurs enfants. Pourquoi ne pas alors…   Lire l'article

Cannes-Raoul ServaisLire l'article
Cannes-Raoul Servais
Publié le 05/05/2006 / Catégorie: Entrevue


Cinergie : Est-ce que tu peux nous parler de Opération X-70, un film qui a été créé dans le contexte de la guerre du Vietnam. C’est presque une fable : c’est l’arroseur arrosé. Mais c’est un court métrage très engagé, militant ?Raoul Servais : Mais préalablement, je voudrais préciser qu’il ne s’agit pas du premier film que j’ai présenté à Cannes. J’en avais présenté un autre, Goldframe, qui été sélectionné. Il n’a pas eu de prix mais c’était pour moi un grand soulagement de savoir qu’il avait été proposé dans la compétition. Et puis…   Lire l'article

Cannes-Gerald FrydmanLire l'article
Cannes-Gerald Frydman
Publié le 05/05/2006 / Catégorie: Entrevue


Cinergie : En 1976, Agulana remporte le prix du jury du court métrage. Peux-tu nous parler de ce film où les personnages s’encastrent dans une chaise, un portemanteau, une armoire et puis finalement le monde devient un cube de bois, une armoire ?Gérald Frydman  : J’ai toujours été amateur de science-fiction et de cinéma fantastique. Agulana fonctionne comme un film de science-fiction avec une invasion d’extra-terrestres. Cela part aussi d’un type de film que j’aimais beaucoup, dont un des fleurons est sans doute Les Oiseaux d’Hitchcock. Un film dans lequel on a affaire à un envahisseur tranquille, dont on ne se méfie pas, qui est là, qui est rassurant et puis, petit à…   Lire l'article

Hubert Toint, Trombone en coulissesLire l'article
Hubert Toint, Trombone en coulisses
Publié le 05/05/2006 / Catégorie: Entrevue


Cinergie : Trombone en coulisses était sélectionné à Cannes en 1989 par la semaine de la critique. Le film est doté d’un humour Kafkaien, c’était voulu au départ ?Hubert Toint : Oui, évidement. Humour Kafkaien, je dirais même absurde. J’ai voulu pousser l’absurde dans ses retranchements. On est parti d’une situation absurde, inspirée de la réalité que nous connaissions, que nous connaissons toujours. C : Est-ce que si je te dis que le format de la photo des 10 trombonistes et celle des 15, c’est une métaphore du cinéma, tu es d’accord ? H. T. : Oui, je suis d’accord avec toutes les interprétations…   Lire l'article

Le Court métrage - Louis Héliot
Publié le 05/05/2006 / Catégorie: Dossier

Le responsable de l’audiovisuel au Centre Wallonie Bruxelles gère le festival « Le court en dit long » à Paris et y présente, pendant une semaine, un panel de courts métrages belges. Il convie les acheteurs télé et sélectionneurs de festivals à découvrir ces petits films qui sont souvent projetés pour la première fois à Paris. En juin prochain, Louis Héliot proposera une quarantaine de courts belges de l’année. Le mois passé, Cinergie vous a explicité son travail de programmateur.
C : Comment soutenez-vous concrètement la production de courts métrages ?L.H. : L’action pour le court métrage se concentre au…   Lire l'article

Nue Propriété de Joaquim LafosseLire l'article
Nue Propriété de Joaquim Lafosse
Publié le 05/05/2006 / Catégorie: Tournage

Nue PropriétéQue la métaphore paternelle s’enlise, cela peut signifier beaucoup de choses, par exemple, que le père s’égale dans le réel au manque sur lui dans la parole de la mère. Il est bien rare que l’échec du père à transmettre n’entre pas en résonance avec le barrage de la mère à laisser se transmettre, et qu’ils ne s’entretiennent pas de cette résonance. La Haine du désir. Daniel Sibony. Ed. Christian Bourgois.
  « Moteur demandé. Silence !  Position de départ ». Une maison rose (la villa Bonlez), quelque part, du côté de Wavre. Devant, sanglée dans un pantalon noir moulant…   Lire l'article

Cannes à Flagey, une introduction
Publié le 05/05/2006 / Catégorie: Entrevue


Le Flagey, à l'initiative de la Cinémathèque Royale de Belgique, organise les 18 et 25 mai, une séance avec les courts métrages primés, soit par le Grand Prix spécial du jury, soit par une Palme d’Or lors du Festival International du film de Cannes. Ce sera l’occasion, pour la nouvelle génération, de découvrir un pan de notre cinéma. Ces courts métrages belges, toujours moins connus que les longs, ont pourtant été récompensés à Cannes. Seront programmés : Monsieur Plateau de Jean Brismée, Opération X70 de Raoul Servais, Agulana de Gérald Frydman, Harpya de Raoul Servais, Le Cheval de fer de Gérald Frydman, La…   Lire l'article

Exercices spirituels d'Olivier SmoldersLire l'article
Exercices spirituels d'Olivier Smolders
Publié le 05/05/2006 / Catégorie: Sortie DVD

Exercices Spirituels Le mérite ne suffit pas, s’il n’est secondé de l’agrément, dont dépend toute la plausibilité des actions. Cet agrément est le plus efficace instrument de la souveraineté. Il y va du bonheur de mettre les autres en appétit. Balthazar Gracian, L’art de plaire, éd. Rivages
 Dix films écrits et réalisés par Olivier Smolders, librement inspirés par Ignace de Loyola et Clovis Trouille,  viennent de ressortir en DVD complétés de scènes inédites tirées de Nuit Noire, un long métrage sorti en salles le mois dernier et dont nous vous avons parlé, et de deux court circuits.Lors de sa sortie en K7 édité…   Lire l'article

Cannes 2006 : les films belges sélectionnés
Publié le 05/05/2006 / Catégorie: Événement


Films belges majoritaires En compétition dans la sélection officielle : 1. La Raison du plus faible  de Lucas BelvauxA la semaine de la critique 2. Komma de Martine DoyenFilm belge minoritaire : 3. Congorama de Philippe FalardeauSélectionnés à L’Atelier du festival  Bernard Bellefroid ( Rwanda, les collines parlent ) et pour la Suisse, Ursula Meier (Des épaules solides).   1. La Raison du plus faible  de Lucas Belvaux Durée : 110’ -Format :35 mm - coul.  Synopsis L’histoire se passe à Liège, en Belgique, aujourd’hui. C’est l’histoire de quatre hommes, d’une femme et d’un enfant qui ne se connaissent pas tous et que le destin…   Lire l'article

Le court métrage : Intro
Publié le 05/05/2006 / Catégorie: Dossier


Louis et Auguste Lumière, Georges Méliès, Stan Laurel, Oliver Hardy, Charlie Chaplin, Buster Keaton, David Wark Griffith,... se sont initiés à l’expérience cinématographique au moyen des courts métrages. Avant la découverte du montage, une bobine ne pouvait accueillir qu’un film de durée limitée. Œuvre d’expérimentation, le court métrage a pourtant été longtemps assimilé à un avant programme ou à un extrait avant le long. Néanmoins, il bénéficie, depuis quelques années, de différentes initiatives qui, couplées, lui confèrent une vitalité avérée : festivals spécialisés,…   Lire l'article

Le Court métrage - Thierry ZamparuttiLire l'article
Le Court métrage - Thierry Zamparutti
Publié le 05/05/2006 / Catégorie: Dossier


Avec Patrice Beaudinet, il a lancé une collection de cassettes (« Cours toujours, tu m’intéresses ») et de fascicules (« Le trimestriel du court métrage belge ») car la visibilité du court leur apparaissait trop dérisoire. En regroupant productions belges, formats et thématiques de tous genres, l’initiative a eu un certain succès et ce, avant l'impulsion du DVD. C. : Peux-tu restituer l’aventure « Cours toujours, tu m’intéresses », cette idée de cassettes accompagnées de livrets initiée en 97 ? T. Z. : Avec Patrice Beaudinet, on s’est rendu compte que pour regarder les courts métrages,…   Lire l'article

Le Court métrage - Nathalie Meyer (La Big Family)Lire l'article
Le Court métrage - Nathalie Meyer (La Big Family)
Publié le 05/05/2006 / Catégorie: Dossier

Nathalie Meyer a lancé La Big Family, une maison d’accueil de courts métrages belges francophones et néerlandophones en 2002. Pour distribuer et faire connaître ces réalisations en Belgique et à l’étranger, elle croit en trois mots : festivals, télévisions et DVD. Après 4 ans d’activité, son catalogue compte 150 titres.
C : Quelle est  l’histoire de La Big Family ? N.M. : L’idée, c’était de créer une structure d’accueil pour les courts. Dans un long métrage, il y a des agents de vente ou des gens qui assurent la promotion. Pour le court, ça n’existait pas. On s’était rendu compte que les courts…   Lire l'article

Actualités: 1-12 sur 29
1 2 3

Recherche dans les actualités

Actualités les plus populaires

Sur le tournage de la série
Tournage de
Interview avec Güldem Durmaz - Kazarken - (En creusant) au Festival Millenium
L'Economie du couple de Joachim Lafosse - En salles le 08/06
Vita Brevis de Thierry Knauff et Dimanche d'Edmond Bernhard - En salles le 06/06/2016
Chats errants (Zones temporaires d'inutilité), de Yaël André
Je suis resté dans les bois de  Vincent Solheid, Erika Sainte et Michaël Bier
Rencontre avec Harry Cleven sur le tournage de Mon Ange
Rencontre avec Fred Castadot, nouveau Président de l'Association des Scénaristes de l'Audiovisuel (ASA)
Rencontre avec Léopold Legrand pour la sortie d'Angelika
Rencontre avec Olivier Boonjing, directeur photo de La Trêve
Rencontre avec Juliette Klinke et Thomas Xhignesse
La Terre abandonnée de Gilles Laurent
Patrick Hella, directeur de casting
Rencontre avec Marion Hansel -
Cru Insas 2016
Cru Insas 2016
07/07/2016, Critique
Delphine Wil : Mémoire de missionnaires
François Troukens signe son premier court métrage,
Rencontre avec Catherine Cosme, nommée aux Magritte pour Les Amoureuses
Au gré du temps de Dominique Loreau
Ce qui échappe de Ely Chevillot
Rhythm & Intervals de Comes Chahbazian
La chambre vide, film de Jasna Krajinovic<br />
Marie-France Collard analyse Bruxelles-Kigali
Paul Meyer, novembre 1993